La Montagn’Hard: Le paradis avant ma descente aux enfers…

IMG_1756

Vendredi en fin d’après-midi mes parents viennent nous récupérer, Timéo et moi, pour regagner ensemble Saint Nicolas de Véroce. Gaëlle, elle, nous rejoint en début de soirée.

Arrivée dans ce petit village au fort caractère montagnard qu’est Saint Nicolas de Véroce, situé juste à côté de Saint Gervais les Bains, je me rends à la remise des dossards. Puis il est temps de prendre nos quartiers dans un appartement loué pour l’occasion à environ 1km de la ligne de départ.

Après avoir passé une petite nuit, le réveil sonne à 3h00. Le temps de manger mon gâteau puis je m’allonge environ 40’ avant de commencer à m’équiper.

A 4h40 nous décidons de regagner la ligne de départ. J’arrive sur les lieux à 4h50 pour un départ à 5h00.

DSC01552 (Copier)

Les dernières recommandations sont faites par Olivier, l’organisateur.

IMG_1757

Le départ est donné à 5h05. Ça y est nous y sommes. Que le chemin va être long.

Dès le départ les sensations sont bonnes mais je décide de ne pas m’affoler. Je me retrouve quand même dans le groupe de tête avec une quinzaine de coureurs. Après 300m nous prenons un petit sentier à gauche. C’est donc ça le Montagn’Hard : pas de plat, des petits sentiers, raides voir très raides…

J’opte tout de suite pour la marche dans cette première côte. Quelques coureurs me doublent, certainement trop pressés. Si bien que 15’ plus tard je dois être dans les 10 premiers.

IMG_7028

Première montée, puis première descente. Tout va bien, les jambes déroulent et j’ai l’impression que je vais passer une grande journée.

Nous passons au petit village des Plans en coupant une petite route. Mon père y est présent et en profite pour prendre une petite photo. Je lui fais signe que tout se passe bien pour le moment.

Puis une nouvelle côte avec un tout petit sentier en monotrace qui nous mènera jusqu’au premier ravito situé aux Toilles, au niveau de Saint Gervais les Bains. Les bâtons sont très utiles. On commence à sympathiser entre coureur et à discuter un peu. Je ferai d’ailleurs un bon bout de chemin avec Jean, venu de Californie pour faire cette Montagn’Hard.

Je fais la descente, jusqu’au ravito, tranquille afin de garder le maximum de cuisses pour la fin de course car je sais que sur la fin il en faudra. Pour moi la course commence à partir du 50eme km. Alors nous avons le temps encore.

J’arrive au premier ravito en 1h27’ et à la 8eme place. Je suis alors à 2’ de la tête de course après avoir fait 12km/930m+. Je prends le temps de remplir les bidons. Après avoir quitté le ravito nous commençons l’ascension vers le Prarion. Dès le début de la côte j’aperçois les coureurs qui me précédent. 6 sont justes devant moi et un coureur qui se détache à l’avant. Il s’agira d’Alexandre Hayetine.

IMG_1759

Cette montée vers le Prarion est magnifique. Surtout sur la fin lorsque le paysage sur le Mont Blanc se découvre. Ensuite vient une longue descente vers Bionnassay avec des passages très raides par endroit et bien technique. Si bien que quelques coureurs me reprennent ne voulant pas me détruire les quadri tout de suite.

IMG_7035

IMG_1760

A 8h00 j’arrive sur Bionnassay, en un peu plus de 3h00 pour 22km/1760m+. On m’annonce toujours à la 8eme place. Je retrouve toute la petite famille venu m’encourager et me passer le ravito. Je leur fais savoir que tout se passe bien et que dans les descentes je préfère assurer pour le moment.

DSCF7140

La prochaine étape va me mener jusqu’au Chalet du Miage. La route va être longue sur cette portion. La chaleur commence à se faire sentir alors je n’hésites pas à boire un peu d’eau du glacier qui ruisselle. Nous passons sur la passerelle qui nous permet d’enjamber les chutes d’eau provoquées par le glacier du Bionnassay.

IMG_1761

Bionnassay footbridge

Après un petit passage dans la neige j’arrive au sommet du col du Tricot. En contre bas nous apercevons les Chalets de Miage. Mais avant nous avons une descente certes pas très longue mais bien raide. Quelques coureurs vont me reprendre dans cette descente à une allure de fou.

IMG_7048

IMG_7050

Aux Chalets de Miage j’arrive après 4h30 d’effort à la 9eme place. Nous avons alors 30km/2625m+ dans les jambes.

Après une petite ascension suivie d’une petite descente nous commençons la montée vers Tré la Tête. Je vais connaitre un petit coup de moins bien au milieu de l’ascension. La chaleur nous tape sur la tête. J’en profite pour de temps en temps me mouiller avec l’eau qui coule des glaciers pour faire refroidir la machine. Les vues sont toujours aussi sublimes avec en point de mire le gros morceau de la journée : le Mont Joly.

IMG_1762

Après des parties un peu plus roulantes, j’aperçois le refuge de Tré la Tête où je passe en 6h40 à la 13eme place avec déjà 40km/3600m+. Au sommet on retrouve d’ailleurs le fameux bagnard.

IMG_1763

IMG_7062

La descente va être un peu compliquée pour moi. Je suis toujours dans un mauvais moment et la descente et très technique et très raide avec beaucoup de rochers, pierres, racines… Mes pieds ne vont pas aimer. Après avoir heurté quelques rochers avec les orteils je sens bien que les gros orteils ont pris chers… Un autre souci arrive également : une mauvaise douleur au genou gauche me faisant penser à ma tendinite du tenseur fascia lata que j’avais eu il y a 2 ans.

IMG_7063

A Notre Dame de la Gorge je retrouve toute la famille avec en prime Timéo venu me rejoindre afin de pouvoir courir un peu avec moi. Je ne m’arrête pas puisque le prochain ravito situé aux Contamines n’est plus très loin. J’aurai le temps de discuter un peu avec eux là-bas voulant y faire une petite pause.

DSCF7145

DSCF7144

Et là, je crois que l’on a affaire à la partie la plus dure du parcours… Une longue ligne droite de 3 ou 4 km, toute plate et en plein cagnard. Et la forme qui ne revient pas pour moi. Pas grave, ça va pas tarder.

IMG_7070

 

12h50 : J’arrive aux Contamines. 15eme en 7h40 pour 48km/3600m+. J’y retrouve la famille au complet. Je décide de m’arrêter afin de refaire les pleins. Je m’assois à l’ombre, sur une chaise. Je prends la décision de quitter les manchons et les For Quad de Compressport. Je prends également la décision de changer de chaussures. Mes Hoka sont en train de me ruiner les pieds. Ça fait 1 mois que le SAV de la marque me fait poireauter pour un problème sur mes Stinson EVO. Le chaussant se découd et j’aperçois les pieds à travers. Et là ce n’est plus possible. Du coup je chausse mes Stinson de l’année passée et là mes pieds me disent merci. Mais ne serait-ce pas trop tard ?

Je mange une petite assiette de pattes, un verre de coca, je fais le plein de mes bidons. Un arrêt de près de 15’. Mais qui me sera bénéfique. Certain me disent que j’ai l’air très frais au vue de certains visages de coureurs me devançant.

Il est temps de partir et la course commence ici. Avec la longue ascension du Mont Joly de près de 1500m+. Dès le début je sens que j’ai récupéré de ma petite défaillance. Un photographe m’accompagne sur quelques hectomètres le temps de discuter vite fais. Lui aussi m’affirme que certains coureurs devant ne sont pas au mieux. On verra bien plus loin.

Le début de la montée se fait sur un bon rythme mélangeant des parties roulantes et des parties beaucoup moins. Je reviens sur 3 coureurs dans le 2eme tiers de l’ascension. Et je retrouve Jean, le coureur venu de Californie. On parle un peu et il m’annonce qu’il va prendre la direction du parcours de 60km à la bifurcation.

IMG_1765

IMG_1766

Alexandre Laville

Je le laisse donc à la bifurcation et continue mon chemin. La suite jusqu’au sommet se passe très bien. J’arrive en haut à la 9eme place en 10h10. Au compteur nous avons 55km/5040m+.

IMG_1767

IMG_1768

Au sommet je prends le temps de m’alimenter avant de redescendre. Je discute un peu avec les signaleurs (le père et la fille) venus pour pointer les concurrents. Puis il est temps de reprendre la route. Je commence ma descente et là je fais une grosse erreur. Très grosse même… Et qui va me coûter très cher !

IMG_1769

Nous sommes sur la neige, j’admire le paysage, je vois le balisage et donc je le suis. Seulement à cet endroit il y avait également un balisage qui descendait sur les Tappes que je n’avais pas vu. Bref je ne fais pas de dessin, c’était le sentier à prendre pour suivre le parcours. Alors pourquoi cette erreur ? Tout simplement car voyant le même balisage qui  jalonne les sentiers depuis le début de la course juste devant moi et bien je l’ai suivi… Seulement au bout d’un certain temps je croise un bénévole venu pour baliser la fin du parcours et qui me demande qu’est-ce que je fou ici. Quelle question je me dis dans un premier temps. Puis il m’explique qu’il balise la fin du parcours. C’est bon j’ai compris… Je suis sur la partie retour du parcours car la fin repasse par le Mont Joly en venant du Monument. Seulement là je suis quand même à quelques hectomètres de l’Aiguille Croche…

Inutile de vous dire que je suis bien énervé à ce moment-là. Mais là, il faut revenir sur mes pas. En regardant de plus prêt c’est 32’ que je perds sur cette portion supplémentaire. Le pire c’est peut-être le coureur qui était juste derrière moi au moment de cette fameuse bifurcation. Il aurait pu me le signaler, crier, siffler, … comme chacun fais lorsque le coureur de devant se trompe de parcours.

Passons… Du coup la descente se fait rapidement, si bien que je vais y laisser pas mal de force et mes pieds également.

Je rattrape un coureur sur la fin de la descente et nous discutons un peu. Nous arrivons ensemble aux Tappes. 11h36 à la 15eme place après avoir fait 62km/5500m+. Je mange un peu et refais le plein. Je repars et je ressens mes pieds qui ont chauffés dans la dernière descente. J’ai du mal à garder une foulée normale car la douleur est vive. J’ai l’impression que les ampoules se sont transformées en néons dans les chaussures. De plus le parcours est relativement roulant sur cette partie du parcours. Vivement que le sentier s’élève pour pouvoir marcher à nouveau. Arrivée à Nant-Borrant je me dis que le service médical au prochain ravito va avoir du boulot avec mes ongles de pieds et les ampoules que j’ai aux pieds.

Je prends ensuite la direction de La Balme avant de bifurquer sur la droite, direction le col de la Fenêtre. Et dès la première pente je suis collé mais quelque chose de sévère. Je suis en train de revivre le même épisode que sur mon Grand Raid des Pyrénées de l’année passée. Sauf que là-bas j’avais pris la 5eme place.

IMG_1771

Bref, je ne sens plus mes doigts, j’ai des troubles de la vision, des pertes d’équilibre… Le verdict est simple : Hyponatrémie.

Je n’arrive plus à monter et je suis obligé de faire des pauses toutes les 10’. Le cœur ne monte pas plus haut que 60% de ma FCM. Un coureur voyant ma descente aux enfers m’accompagne jusqu’au Pré Chal. Là-bas on y trouve un gars très sympa qui va m’accueillir pendant une vingtaine de minutes dans son petit chalet. Il m’offre un peu de sel, de l’eau et on discute un peu.

Au bout de 20’ je reprends la direction du col de la fenêtre. La température est plus clémente mais la montée toujours aussi raide. Les coureurs me passent un par un. J’aperçois le col de la Fenêtre mais il me parait inaccessible. C’est seulement au bout de 1h50 de galère que j’arrive au sommet. La vue est splendide, mais s’en est trop. Un mélange de paradis et d’enfer.

IMG_1773

IMG_1774

IMG_1776

En contre bas j’aperçois le ravito du Bolchu où m’attendent mes supporters.

IMG_1778

IMG_1777

J’arrive en 15h08 à la 20eme place. Timéo et ma mère sont venus me rejoindre pour finir les quelques pas qui m’emmènent jusqu’aux tentes de l’organisation. Je n’arrive plus à marcher.

DSCF7146

Je discute donc avec la famille et décide de rendre visite à la toubib de course pour voir si elle peut me percer les ongles de pieds pour retirer la douleur et de soigner ces ampoules. Pour les ongles elle ne peut rien faire, pour les ampoules elle me met un simple pansement par-dessus. Je remets mes chaussures mais là ce n’est tout simplement plus possible.

Bref, je suis pieds nus et là je revis pour le moment. Mais il faut se rendre à l’évidence. Je suis incapable de marcher correctement. Je suis tout bancal afin d’anticiper les douleurs de mes ampoules et si je continus comme cela je risque la blessure.

Je discute avec la famille histoire de prendre une décision. Je continus au risque de me blesser pour la suite ou j’abandonne ? Je vais bien mettre près de 30’ à me décider.

Voilà, c’est donc la mort dans l’âme que je rends mon dossard. Mon premier abandon sur un trail. La nuit commence à tomber comme pour tirer la révérence sur cette journée qui même avec ces dures moments fut fantastiques. La Montagn’Hard est une course sublime mais elle se mérite !

Ma Montagn’Hard n’aura fait que 73km/6600m+. L’objectif de l’année n’est donc pas accompli.

Le premier bilan, à chaud, n’est donc pas formidable. J’ai donc préférais attendre quelques jours pour faire un bilan à froid.

Après une longue préparation basée sur la Montagn’Hard tout n’a pas été simple comme je l’avais déjà dit. Malgré ça elle fut bonne puisque les jambes étaient encore en bon état avant mon abandon. Même le lendemain je n’ai pas eu de grosse douleur musculaire ou autre. C’est donc déjà un bon point. J’ai pris beaucoup de plaisir à courir sur ces sentiers absolument magnifiques, mes rudes.

Par contre j’ai une nouvelle fois fais une erreur côté alimentation. Pourtant je me suis plutôt bien alimenté et hydraté. Alors est-ce un problème au niveau de mon organisme ou réellement une mauvaise préparation du côté de l’alimentation ?

Puis c’est surtout mes pieds qui m’ont joués des tours ici. Des chaussures qui se sont décousues en très peu de kilomètres, un SAV qui s’en fou et tout ça à moins d’un mois de l’échéance. Les chaussures sont parties via Laurent de chez Runao qui a fait un super boulot. Si bien que je dois recevoir une paire toute neuve. Vous pouvez donc avoir confiance avec cette boutique très pro !

J’avais dit qu’il serait temps de prendre une décision sur les formats de courses auxquels je prendrai le départ après la Montagn’Hard. N’ayant pas le temps pour m’entrainer correctement et de récupérer comme il se doit à cause des horaires fais à mon job, j’ai décidé de tirer un trait sur les ultras. Dommage car des courses comme l’UTMB, le GRP, le GRR, le Tor des Géants me faisaient bien envie. Mais je ne veux pas partir à l’abattoir.

Dorénavant je vais donc me tourner vers des trails plus « raisonnables » comme me dit ma femme avec des courses de 6 voir 7h maxi. Il y a quand même de quoi se faire plaisir sur ces distances.

Mais du coup il va y avoir quand même du boulot. N’étant pas rapide pour un sous, il va falloir bosser la vitesse.

D’ailleurs la suite de la saison est déjà toute planifier, comme quoi le moral est là ! Il va y avoir de la VMA dans l’air.

Je vous en dirai plus d’ici peu.

Publicités

33 réactions sur “La Montagn’Hard: Le paradis avant ma descente aux enfers…

  1. Bravo tout de même, le principal étant que tu as pris du plaisir à faire une partie de cette Montagn’hard un peu d’explication pour ceux qui ne savent pas ce qu’est « L’hyponatrémie » il s’agit d’un trouble hydroélectrolytique défini par une concentration en sodium dans le plasma sanguin (natrémie) inférieure à 136 mmol/l. Il en découle une hyperhydratation intracellulaire par effet osmotique (l’eau libre passe du secteur extracellulaire au secteur intracellulaire afin d’égaliser les pressions osmotiques de part et d’autre de la membrane cellulaire).
    Encore Bravo et merci pour ce récit accompagné de ses photos !!!
    Bonne continuation

    • Merci. J’ai beau m’alimenter correctement c’est la 2eme fois que je fais un long et la 2eme hyponatrémie que je fais. Mais pour le moment le problème ne se pose plus vu que je vais m’aligner sur des distances plus courtes.

  2. Quel magnifique récit Alex !
    J’ai galèré avec toi rien qu’a te lire. Mais quel détermination ! Ça s’est vraiment joué à rien. Ta décision a été la bonne et à priori ta préparation n’est pas à remettre en cause même si elle n’a pas été optimum. Mais qui à part un pro célibataire peut optimiser sa préparation à un ultra ?
    Bravo pour ton exploit hors norme même s’il ne s’est terminé de la meilleure façon.

    • Merci Fred.
      Effectivement la prépa a étée bonne je pense puisque je n’ai pas eu de gros coup de barre par la suite. Je me suis octroyé 1 semaines de repos. Je viens de faire ma reprise et tout se passe bien. Il faut dire que je ne fais que des petits footing de 1h ou du vélo. Encore quelques jours et je vais commencer la VMA.

  3. Merci pour le récit et les photos .. et bravo pour avoir pris la décision qui avait de s’imposer avec les problèmes de pieds et d’ hyponatrémie… Pas toujours facile de caser vie familiale / boulot et entrainement,..; surtout pour des ultra !!! Ce n’est peu être que partie remise ;-)) et les ultras : à consommer avec modération !!! bon été

  4. Félicitations pour ton courage, je sais pour l’avoir vécu moi aussi, combien l’abandon peut-être frustrant, surtout lorsque l’on partage ce moment avec ses proches.
    Néanmoins, si la première réaction est de tout remettre en cause, il ne faut pas baisser les bras. C’est souvent dans les échecs que l’on apprend et progresse le plus. Je suis certain que tu saura rebondir et que tu reviendra encore plus fort pour cette fois aller au bout !

    • Merci Michel.
      Comme je l’ai dit le boulot me prends beaucoup de temps. Je préfère donc me lancer sur des courses de type maratrail. On verra dans le futur, peut etre que je revienddrai à l’Ultra.
      Mais le moral est bon. Je suis déjà inscrit pour le Marathon des Causses en octobre prochain lors du Festival des Templiers.

  5. Récit palpitant. Dis toi que tu as pris la bonne décision et bravo pour tous ces km parcourus à une place de choix.
    Nous avons tous les 2 un p »tit Timéo 😉

  6. Très beau récit dommage la préparation étaie correct et je pense que si les chaussures auraient été a la hauteur de l’événement se se serait pas mal passé. Abandonner se n’est pas une décision facile à prendre c’est clair, mais se jour la c’était la plus sage puis je suis sur que le moral et la motivation pour la suite en sont sorties regonflés à bloc. On est souvent plus fort après avoir essuyé un échec même si se n’est pas vraiment un échec puisque tu y a pris du plaisir et c’est déjà bien. A tu vu un médecin sport du genre Arnaud D. pour avoir des infos cette histoire de sel? Nous en attendant on a passé une super journée dans un endroit magnifique avec des paysages à couper le souffle Bravo quand même et bonne continuation

  7. Quel récit, quelle course et quel courage !!
    Parfois les choses ne vont pas toujours comme on voudrait, c’est la vie. Tu as eu raison de stopper la course avant que cela ne devienne trop compliqué… Tu as des images plein la tête, le plaisir était au rdv et ta famille était avec toi, c’est l’essentiel. Pour le reste, tu vas rebondir je m’inquiète pas 😉
    Tes photos sont superbes et ton récit un régal, comme d’hab.
    Un joli tour de 73km avec 6600mD+ tout de même héhéhéé respect Alex.
    Bonne continuation, bonne VMA et à très bientôt.
    Bien le bonjour chez toi
    A+

    • Merci Will.
      Et oui en trail, et encore plus sur Ultra, tu as beau te préparer de la meilleur façon tu ne sais jamais à l’avance comment ça va se passer. C’est un peu ça qui fait aussi la beauté de ce sport.
      L’humilité!
      Le bonjour chez toi également et n’hésites pas à passer sur Morestel.

  8. Je viens de lire ton CR et ai donc vécu devant mon PC tes belles heures au paradis puis ta descente en enfer …. C’est le métier qui rentre moi je dis, tu n’as pas un gros passé en ultra et il faut prendre son temps … On se verra du côté de Millau sans doute .

    • Oui effectivement ça ne fait qu’un peu plus de 2 ans que je cours.
      Mais le plus gros problème est venu de mes chaussures qui elles en avaient un gros. Mais pieds n’auraient pas été dans cet état là j’aurais pu certainement finirent et bien.
      Mais tu sais ce que c’est, avec des « si »…
      Tu seras également sur le Marathon des Causses ou plus long cette année?
      Félicitation pour ta victoire au Grand Trail Stevenson!

  9. Salut,
    de retour de 3 semaines de vacances je lis à l’instant ton CR. Je suis en train de rédiger le mien…
    C’est toujours intéressant d’analyser les raisons d’un échec.

    Parti prudemment j’ai dû te rattraper dans la descente après Tré la Tête. J’ai eu également du mal à courir sur le plat qui suivait. Mais par rapport à toi je n’ai eu aucun souci d’alimentation ou d’hydratation. J’ai eu des énormes ampoules mais apparues sur la fin du parcours après avoir traversé les névés.
    En effet l’ultra est prenant en terme de vie familiale et le boulot prime également, il y a des choix à faire et clairement les podiums sur des courses natures ne sont pas ma priorité. Celui-ci a donc été une bonne surprise alors que je m’étais résolu à ne pas rattraper à tout-prix le 3e
    Si cette course s’est si bien déroulée pour ma part c’est parce qu’en mai et juin j’ai réussi à passer d’une moyenne de 10’000 m de D+ par mois à 20’000 m de D+ et surtout à encaisser l’augmentation de volume (ce n’est pas s’en engendrer une certaine tension à la maison…)
    Bonne suite et continue à te faire plaisir en course.

    • Merci pour ton passage!
      Comme dit dans mon récit, je vais me diriger vers des distances allant jusqu’à maxi 6h de course (voir 7…) 1 ou 2 fois dans l’année. Ce sera donc surtout des courses entre 20 et 40km. Il faut pouvoir faire le bon compromis entre entrainement, vie de famille et boulot. Et le boulot ne me permet pas de faire plus, en tout cas actuellement.
      Au plaisir de se rencontrer sur un trail ou pourquoi pas un entrainement.
      Que penses tu faire comme course d’ici la fin d’année?
      A+

  10. Mince Alex, pas de chance sur cette course, pourtant je te voyais sur une bonne place 😉
    Quelle galère la suite de ton récit, tu as pris la seule décision, faut pas mettre sa santé en péril.
    Il y aura d’autres courses, belles, que tu termineras avec du plaisir.
    La montagne c’est chouette à courir mais surtout lorsque rien ne cloche même pas une ampoule mais c’est rare…
    Bonne récup Alex et rebondi bien vers le marathon des Causses !

    • Effectivement Philippe, on n’est jamais sur de rien dans cette pratique est encore plus en ultra.
      Maintenant place à de la vitesse. Ca me changera et si toute fois je reviens plus tard sur du long ca me sera que bénéfique.
      Félicitation pour ta course en tout cas!
      Quelles sont tes prochaines courses?
      A+

  11. Salut,
    Félicitation pour la perf quand même et pour le récit.
    C’est Greg (http://trail-et-montagne.over-blog.com/) qui m’a donné l’adresse de ton blog, pour avoir été son Pacer sur la montag’hard je confirme que c’était une course très dur, mais très belle.
    Si tu le souhaites nous t’accueillerons avec plaisir à l’UAC (union athlétique des couleurs) pour travailler la vitesse.
    Nous sommes un jeune club de course à pied de Morestel, notamment nous organisons la Ronde des couleurs le 1er dimanche de juin et sommes affilié au CSBJ. Nous sommes plusieurs à faire du trail, mais aussi de la course sur route.
    Je t’invite à venir sur notre site « http://clubuac.clubeo.com/ ».
    Nous serons au forum des associations le 7 septembre, les entrainements ont lieu le lundi à 19h00(plutôt orientés débutants et décrassage), le mercredi à 18h15 pour les ados et coureurs confirmés (cela devrait changer à la rentrée avec 2 entrainements différés). Nous pourrons en reparler à l’occasion.
    Le lieu de rendez vous est la piste d’athlétisme derrière le lycée.
    A+ Régis
    P.S.: Superbes photos

  12. super compte-rendu.De belles photos et certainement une super expérience, même si le résultat n’est pas celui que tu attendais.félicitations

  13. Salut,
    Bravo pour le récit, les photos et la perf malgré l’abandon.
    Je me suis engagé sur cette course cette année, pouvez vous me communiquer les coordonnées du logement si vous les avez encore ?
    Merci, bon entrainement

    Martin

  14. Pingback: Mes bâtons carbon « faits maison  | «naturellement-trail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s