Retour sur le Beaujolais Village Trail (29km/1340m+)

BV_TRAIL_en_tant_qu_objet_dynamique_-_1

Mon bloc de travail VMA est enfin fini. Il était temps car je commençais à en avoir un peu marre de tourner en rond au tour de la piste et de ne pas me taper de dénivelé.

Pour fêter ca je me suis aligner sur le Beaujolais Village Trail, sur le parcours de 30km/1340m+.

Les jours précédents les sensations ne sont pas terribles à cause d’un bon rhume. Pourtant les derniers entrainements se sont bien passés. La veille je suis plutôt dans l’inconnu à cause d’un nez bien bouché et des bronches encombrées.

Le dimanche à 6h j’ai rendez vous avec quelques coureurs de l’Union Athlétique des Couleurs avec qui je vais faire du covoiturage afin de regagner Saint Etienne des Oullières (69). Le réveil est un peu dur, n’ayant pas pu dormir correctement. Pas grave, on dormira mieux ce soir. Point positif en me réveillant, mon rhume s’est quelques peux calmé.

Nous arrivons donc dans ce beau pays qu’est le beaujolais à 7h30. Nous partons récupérer les dossards et retrouvons d’autres coureurs du club.

A 8h10 il est temps de faire un petit échauffement. Puis direction la ligne de départ.

bvt07

Les femmes sont à l’honneur pour le départ en étant placées à l’avant du peloton.

8h30 : Le coup de feu retentit et c’est près de 450 coureurs qui prennent le départ. Le rythme est plutôt léger en début de course et ce n’est pas pour me déplaire. J’ai un peu de mal à respirer mais une fois chaud tout ira pas trop mal.

bvt31

Le peloton s’étire lentement au fil des mètres parcourus et des virages effectués. Le profil en se début de course est assez roulant. Je me porte dans les 10 premiers de la course avec Pierre Chavallard, autre coureur du club. Histoire de pouvoir anticiper si toute fois le rythme venait à s’accélérer.

On commence à évoluer dans les vignes tant connues du beaujolais. Mais aujourd’hui pas de dégustation.

bvt01

bvt03

Au détour d’un petit raidillon le rythme augmente un peu mais je ne cherche pas à suivre le groupe de tête. Pour le moment tout va bien, mon rhume ne me gêne plus mais n’ayant pas fait de dénivelé depuis quelques mois ni fait de longues sorties je préfère garder quelques cartouches dans ma besace pour la suite.

Devant ils sont 5 coureurs dont Stéphane Avrillon, Aurélien Caillet, Sébastien Farano, Didier Verchère et Romain Préville. Mais le groupe se morcelle.

Nous attaquons la première ascension au km5 sur Le Pérreon et nous prenons environ 300m+ en 2,5km. Je passe au 1er ravito et au 1er classement intermédiaire en 32’05’’ et en 6eme position, après avoir fait 7km et 250m+. Pierre est juste sur mes talons et nous faisons un début de course commune.

bvt04

Par moment je prends un peu le temps d’admirer les vues proposées par dame nature sur les monts environnants.

La 1ere descente se déroule sans encombre. Ca descend vite sur un sentier sans grosse difficultés technique. Sur la fin de la descente nous retrouvons un profil propice à la relance. Il faut savoir courir vite et relancer lors de certains virages.

bvt

Rapidement nous arrivons sur la 2eme difficulté du jour. 1,5km/200m+. Dès le début de l’ascension je reviens rapidement et sans le vouloir sur Didier Verchère. Le sentier n’est pas large et est relativement pentu si bien que la marche est rendue obligatoire. J’attends le bon moment pour pouvoir passer. Lorsque j’arrive à doubler, Didier s’accroche jusqu’au sommet.

La descente suivante se fait à travers bois sur une pente bien marquée. Beaucoup de sable rend la descente agréable, et je laisse donc aller.

Sur la fin de la descente nous trouvons un chemin forestier très roulant pendant environ 2km où il faut pouvoir relancer à nouveau. Je sens que derrière le contact commence à se rompre.

Devant j’aperçois Sébastien Farano qui doit être à une trentaine voir quarantaine de secondes.

Le soleil est bien présent et la température est agréable en ce début de saison.

Au km15 nous attaquons l’avant dernière ascension du jour. Une côte de 1,5km et 200m+. Je l’attaque sur un petit trot avant de laisser place à la marche rapide sur certains passages. Dans cette côte je vais avoir un peu de mal à respirer. Mes bronches sifflent lors de l’expiration. Résultats de mon rhume. De temps en temps je tousse et crache des sécrétions bien visqueuses si bien que je dois m’y reprendre à plusieurs fois.

 

Arrivé en haut, il faut redescendre. Une descente assez rapide avec beaucoup de moments de réflexions, si bien que par 2 fois il faudra que je rebrousse chemin afin de pouvoir reprendre la bonne direction. Il faut dire que cette descente était un peu sauvage. Ce qui ne me déplait pas, bien au contraire.

bvt1

Nous arrivons au km18 marquant le 2eme ravito. Après un rapide moment de répit où je n’oublis pas de m’alimenter, nous retrouvons la dernière côte d’environ 1,5km et 300m+.

Au bas de cette côte 2 directions nous sont proposées. Une voie lente et une voie rapide.

Sans hésiter je prends celle de droite, la rapide. Etait-ce la bonne solution ?…

La pente est très raide, le sol sablonneux et parfois je dois mettre les mains au sol pour évoluer en quadrupédie. Arrivé proche du sommet j’aperçois devant moi Sébastien Farano et derrière moi Didier Verchère tout 2 à environ une quarantaine de secondes.

Au sommet de cette dernière difficulté je relance de suite avec toujours ce sifflement dans les bronches. Mais les jambes déroulent bien tout de même. J’aperçois au loin le sentier à prendre.

 

Je me lance donc dans la dernière partie du parcours avec environ 7km relativement descendant mais où il faut constamment envoyer du bois afin de garder une allure correct. Je n’aperçois plus le coureur me précédant au bout de quelques kilomètres. Ni celui se trouvant derrière moi. Du coup j’ai un peu de mal à me faire violence et déroule donc les derniers kilomètres en profitant des dernières vues beaujolaise. Ayant une fin de parcours commune avec le 12km nous retrouvons les coureurs de la petite distance du jour. Juste le temps d’encourager 2 coureuses du club que me voilà dans les rues de Saint Etienne des Oullières.

 

Et après 2h29’37’’, 29km/1340m+, je passe la ligne d’arrivée à la 5eme place au scratch et à la 2eme de ma catégorie. A 5’ de la tête de course. Les bronches étant irritées il me faudra par contre une dizaine de minutes pour arriver à reprendre ma respiration.

bvt06

 

4e-beaujolais-villages-trail-record-de-participants-battu

Ensuite viendra le podium aux côtés de Ludo, speaker reconnu dans le milieu!

1558436_304990732982568_2394461317184794846_n

Nous avons eu le droit à un joli parcours concocté par David Uliana et son équipe. Un grand merci à eux car ils ont fait un super boulot!

Quand aux autres coureurs du club, arrivera Pierre à la 7eme place, Philippe à la 53eme et Stéphane à la 99eme sur la même distance.

 

Sur la petite distance, victoire chez les femmes de Morgane. Françoise et Christelle arriveront elles un peu plus loin.

 

Voilà donc une belle journée passé en bonne compagnie.

bvt21

 

Pour ce qui est du ressenti d’après course je suis plutôt satisfait du travail effectué. Ca ne fait que depuis l’été dernier que je m’adonne à des séances de VMA et les progrès sont visibles. Avant étant porté sur les longues distances je m’étais « diéselisé ».  Bon je sens bien qu’il y a beaucoup de travail encore à faire mais ca va dans le bon sens.

C’était également l’occasion de tester ma nouvelle tenue. Salomon Sense SLab 3 Ultra aux pieds avec chaussettes Salomon Sense SLab et ensemble short/débardeur Gore Running Wear Magnitude 2.0 qui feront l’objet d’un article ici même. Une tuerie!

Maintenant place au travail spécifique trail à l’approche de courses plus longues et avec plus de dénivelé. Et avec les beaux jours il y aura de quoi se faire plaisir à coup sûr.

 

Les résultats du Beaujolais Village Trail 2014:

-63km/3200m+

-29km/1340m+

-12,5km/320m+

Publicités

9 réactions sur “Retour sur le Beaujolais Village Trail (29km/1340m+)

    • Effectivement, le travail paye.
      Mais si je pouvais avoir un peu plus de chance et arrêté de tomber malade quelques jours avant les courses ce ne serait pas pour me déplaire.
      Et puis nous venons de trouver (normalement) l’origine de mon problème de dos qui me pourri la vie depuis 2 ans.
      Hier c’était Osteo et aujourd’hui direction le kiné.

  1. toujours sympa de lire tes cr !!!!!! c est vrai que tu tombe tjs malade anvant une course on a un point commun .
    en tout cas super course j espere que le parcours t as plu a bientot

  2. Encore une course gérée de main de maître, bravo Alex !
    Une très belle saison se dessine devant toi. Ça va envoyer du lourd.

    Quant au fait de tomber malade avant une course, ne penses-tu pas que c’est psychosomatique ? Aurais-tu des angoisses d’avant course ou tout autre « désordre psychique » qui généreraient ces symptômes physiques, bien réels ? Je n’ai aucune certitude sur la question, je ne suis pas toubib, mais je m’interroge.

    • Merci!
      En fait je n’ai jamais de bol. Pour le Trail des Cabornis il s’agissait plus d’une petite intoxication alimentaire je pense. L’avant veille on avait fait un resto avec ma femme et nous étions tous les 2 malades en ayant mangé la même chose.
      Cette fois ci un rhume. Il faut dire que tout le monde dans mon entourage en a un depuis 2 semaines…
      Je ne suis pas sujet au stress d’avant course.
      Il y aura des jours meilleurs! Même si ceux ci ne sont pas dégueulasse non plus.

  3. Pingback: C’est l’heure du bilan! | naturellement-trail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s