Retour sur le Trail du Bout de Drôme: Petite séance de « jardinage »…

 

bout de drome

 

Après être entré dans mon cycle de prépa spécifique trail, je voulais m’aligner sur un trail technique avec du dénivelé. Du coup c’est avec plaisir que samedi dernier je regagne Crest dans la Drôme avec toute la famille pour le Trail du Bout de Drôme, du célèbre Challenge Charles et Alice. Juste le temps de passer à Crest récupérer mon dossard et nous partons pour Saillans où sera donné le départ.

A Saillans, au pied du Vercors, le soleil est déjà bien présent si bien qu’à 9h30 je m’équipe en short et débardeur. Après un petit échauffement en bordure de la Drôme je me dirige vers l’arche de départ. Sur place c’est avec plaisir que je retrouve Ludovic Collet, The Voice de l’UTMB. Le temps de le saluer et d’échanger quelques mots qu’il faut se mettre dans les starting block pour que le maire de Saillans et Jack Pérard puissent donner le départ.

10h30 : Le départ est donné  et nous nous élançons sur le petit pont qui surplombe la Drôme afin de sortir de la commune et trouver au plus vite les sentiers qui nous mèneront dans le Vercors. Sur le pont, mes parents, Timéo et Gaëlle nous encouragent.

IMG_1186

Dès les premiers mètres sur la route nous sommes un petit groupe de 5 ou 6 à se dégager avec notamment Sébastien Buffard du Team New Balance et Damien Vogoyeaud du Team 3D Trail. Les jambes sont bonnes, le cœur monte bien malgré la fatigue ressentie les jours précédents.

Après un petit kilomètre sur route nous retrouvons les sentiers. Juste le temps de nous mouiller les pieds lors d’un passage de ruisseau et nous voici dans l’ascension de Cresta avec 400m+ environ. Devant Damien mène le rythme avec derrière lui Séb et moi. L’ascension se fait sur un petit trop. Au bout d’un moment je préfère ralentir un peu pour ne pas le payer sur la fin de course. La tête de course me prend rapidement 30’’ pour rester ensuite à la même distance. Peu avant la fin de Cresta j’ai même l’impression de revenir un peu.

C’est donc après 400m+ que je m’élance dans une descente raide et technique comme je les aime. J’essaye donc de recoller la tête de course. Au bout de quelques minutes je me dis qu’ils doivent vraiment descendre vite car même au loin je ne les aperçois plus. Je commence à me poser des questions. Je m’arrête pour écouter et je n’entends rien.  Je repars et aperçois un morceau de balisage qui finalement n’en était pas un. Du moins pas de la course… Après 300m- je me décide à remonter car je suis arrivé à une route. Là je croise un coureur qui descend et qui m’affirme qu’il s’agit du bon parcours. Nous redescendons donc. Avant de remonter en voyant que nous ne sommes pas du tout sur le tracé.

Après un peu plus de 24’ « de jardinage » je retrouve le bon parcours après avoir croiser au total 4 coureurs qui se lançaient dans la même mésaventure que moi. De là c’est un petit single bien sympa qui se présente à moi. Mais le moral en a prit un sérieux coup. Je commence à remonter les concurrents un par un sur un single étroit et la chose n’est pas facile par moment. Il faut dire qu’à ce moment de la course je dois être entre la 40eme et la 50eme place.

Arrivé aux Auberts je croise la famille au complet venu m’encourager. Timéo m’accompagne pour rejoindre le ravito où je rempli mon bidon d’eau. Juste le temps de leur expliquer pourquoi je suis en retard car ils commençaient à se faire du souci.

IMG_1197

Je repars mais cette fois à l’assaut des 3 becs. Une longue ascension d’environ 1100m+. Le début se fait sur un petit trop avant d’adopter une marche rapide. L’objectif dorénavant et de faire un bon entraînement. Je passe devant Alain Pierrain, le photographe de Photogone, et après avoir regardé les photos sur le site j’y passe à la 25eme place.

10354154_314710995343875_5381117468171828008_n

La fin de l’ascension devient raide par moment et les appuis glissent avec les feuilles présentent sur le sentier.

Après donc plus de 1000m+, me voici sur un plateau du Vercors juste magnifique. Des spectateurs sont là pour nous encourager. S’ensuit donc quelques descentes et bout de plat ou il faut s’en cesse relancer avant de prendre la direction de grande combe. Une superbe descente comme je les aime. Parfois raides, beaucoup de cailloux, des racines, des rochers, de l’humidité vu que nous suivons la Vèbre… Bref tout y est pour prendre du plaisir dans cette partie technique. J’arrive à doubler quelques coureurs dans cette partie où il faut regarder et poser ses pieds au bon endroit au risque de se prendre un beau râteau. Sur la fin de la descente le sentier devient beaucoup plus roulant. Je croiserai la route de Laurent Audras venu en voisin pour nous encourager et prendre quelques photos. Après l’avoir salué et échangé quelques mots rapides je repars pour rejoindre le ravito où se trouve toute la famille, dans la forêt de Saoû.

10297781_10202972659470858_610154989953195352_n

J’aperçois alors au loin Timéo venu me rejoindre. Je lui fais signe de courir car je ne compte pas m’arrêter longtemps et profite donc de ce petit moment sympathique en sa compagnie. C’est un passage expresse au stand. Je change de ceinture tout simplement et ne m’arrête donc pas de courir. On m’annonce alors dans le Top15 de la course mais également que les coureurs à l’avant son loin. Ca je m’en doutais un peu. Tant pis, je ravise mon objectif en voyant qu’il est peut être possible de faire un Top10.

IMG_1198

A la sortie du ravito une nouvelle ascension celle-ci de 150m+ se présente. Le début se fait en trottinant et je reviens rapidement sur un premier coureur. De temps en temps je marche un peu et relance dès qu’il m’en est possible. Je reviens ensuite sur un second coureur qui lui tentera de s’accrocher un peu pendant 200 ou 300m environ.

Lors de l’ascension suivante d’environ 200m+ pour regagner le Pas du Faucon, je commence à ressentir les efforts faisant suite à mon erreur de parcours. Il y aura même un moment où je me retrouverais dans le dur. Mais pourtant personne ne revient de l’arrière. Je m’alimente bien pour essayer de faire une bonne fin de course. La descente ce fait sur une piste à 4*4 pendant une bonne partie avec pas mal de pierre roulante mais je laisse mes jambes prendre tout de même une grosse amplitude afin d’accélérer le rythme.

La descente se termine dans un près avec en point de mire le dernier ravito. Timéo comme à son habitude me rejoint. Nous discutons jusqu’au ravito où je croiserais mes parents et Gaëlle. En passant je leur dis que les efforts de débuts de course se font payer et que je ne suis pas très bien. Au ravito je remplis mon bidon à l’aide d’une bénévole et lorsque je repars pour affronter la fin de parcours mon père m’annonce à la 8eme place. J’ai d’ailleurs le 7eme en point de mire et je sais que l’on va retrouver la dernière côte.

IMG_1200

En attendant nous passons à nouveau les pieds dans l’eau pour franchir un ruisseau. Sur la partie roulante je ne reviens pas rapidement sur le coureur me précèdent. Mais dès que le sentier s’élève je suis sur ses talons. Et en regardant plus loin je vois 2 autres coureurs. Cette ascension n’étant pas très longue (environ 160m+) j’augmente le rythme. Surtout que le petit coup de moins bien à l’air de faire parti du passé.

Mon objectif est de nouveau remodelé. Le Top5 est envisageable. Les chevaux sont lâchés et après avoir repris le 6eme me voilà dans une petite descente avant de passer par un petit coup de cul sur une route goudronnée. On sent que la course a été dure en doublant le 5eme. Lorsque je le dépasse en trottinant alors que lui marche je lui lance quelques mots de façon à l’encourager et lui dire que la course touche à sa fin.

Me voilà 5eme. Qui l’eut cru avec un tel début de course. Je me dis que la course est finie puisque nous approchons de la dernière descente où il faudra juste se laissé glisser jusqu’à Crest. D’ailleurs j’aperçois la fameuse tour de Crest. Plus haut donjon d’Europe. Mais quelle fut ma surprise en apercevant encore 2 traileurs à environ 1’30 devant moi. Il reste alors 2 ou 3 km de course et voilà que je pense à un podium.

Je mets donc les bouchées doubles. Dans ma tête je suis sur une série de 2000m sur piste lors d’un entrainement VMA. Je me rapproche rapidement et je vois qu’ils ont sentis le danger venir de derrière. Un peu comme un troupeau d’antilopes poursuivit par un guépard en plein cœur de l’Afrique. L’un d’eux s’empresse d’accélérer et de fausser compagnie à son compagnon d’infortune. Arrivée au pied de la dernière descente il nous reste environ 300m. Je viens tout juste de doubler l’un d’eux et alors que je suis maintenant 4eme j’essaye de continuer mon effort pour rattraper le prochain. Mais nous rentrons dans l’espace Soubeyrant où est jugée l’arrivée.

Je vois le 3eme passé sous l’arche d’arrivée et je décide donc de profiter de ses derniers moments en famille avec mon fils qui franchira l’arrivée ensemble.

4h47’12’’. C’est le temps qu’il m’aura fallu pour faire non pas les 35km/2300m+ initialement prévus, mais 40km/2700m+ dû à ma mésaventure de début de course. Je suis accueilli par Ludovic, au pied du podium. 4eme au scratch et 3eme dans ma catégorie à une vingtaine de seconde de la 3eme place et à 5’ de la 2eme. La 1ere place, elle, n’était pas concevable avec la victoire de Sébastien Buffard du Team New Balance qui a quand même dans sa musette un top 10 au Grand Raid de la Réunion et également à l’UTMB et de belles victoires.

Bref, je suis déçu non pas à cause de mon classement  mais parce que j’aurais aimé que tout se passe bien afin de faire une partie de la course à l’avant, avec les hommes de tête. Car même si j’ai appris certaines choses durant la course, moi qui ai commencé à courir il n’y a pas longtemps, j’aurais pu profiter de l’expérience de ce genre de coureur qui aurait pu être utile pour le futur. Mais bon, comme je l’ai déjà dit, si l’on ne veut pas se perdre en courant il suffit de prendre le départ de course sur route. Mais ça, il n’en est pas question !

Un week end de trail à Crest bien organisé grâce à une belle équipe. Un grand merci à Jack Pérard pour cette organisation. Un parcours splendide avec de la technicité et des paysages magnifiques. Une course à refaire dans le futur, mais pourquoi pas sur le 65 ou le 105km?

 

Publicités

7 réactions sur “Retour sur le Trail du Bout de Drôme: Petite séance de « jardinage »…

  1. Whaou ! Quelle course !
    Dommage pour la séance de jardinage et les 24 minutes de perdue. mais bon, faut garder ça comme une expérience pour ne plus se faire avoir.

    Sinon je me marre à voir ton fils te suivre sur tous tes CR. Il va finir par être meilleur que toi à force car il a l’air d’envoyer du lourd 🙂
    Et quand tu parles de piste, c’est celle de Morestel ? Je l’ai découvert (depuis la voiture…) il y a peu lors d’un week-end chez ma mère.

    En tout cas bravo pour ta course. La prochaine sera parfaite, j’en suis convaincu 😉

    • Merci.
      Timéo adore le sport en général. Pour la petite histoire, après m’avoir accompagné sur le trail le samedi, le dimanche il a fait un tournoi de judo. 3 combats et 3 victoires. 1er des -23kg.
      Pour la piste je vais de temps en temps à Morestel mais elle fait que 250m. Étant suivi à Bourgoin par mon kiné pour mon mal de dos qui me suis depuis 2 ans, j’en profite pour y faire mes séances sur la piste du CSBJ.
      A+

      • Mon fils (13 ans) fait du judo lui aussi. Il a commencé à 5 ans. Il a un super niveau maintenant… Mais il a décidé que ça serait sa dernière année. C’est dommage mais c’est son choix et il est réfléchi. Le deal est qu’il reprenne un autre sport.
        Son truc en ce moment est le parkour, un sport plutôt complet avec un bon état d’esprit.
        Il me fait penser à moi plus jeune avec l’escalade. Les chiens ne font pas des chats 🙂

      • Exactement. Du moment où il se font plaisir !
        Mon gamin adore le bmx. Mais par chez nous il n’y a pas de club. L’année prochaine il se peut qu’il fasse de l’athlétisme en plus.
        A voir avec la réforme scolaire…

  2. Une belle course dommage de l’erreur en effet car en te lisant on sent bien qu’il suffisait de tourner la poignée pour lâcher les chevaux. Se sont avec des erreurs que l’on forge aussi les victoires. Bizz

  3. Pingback: C’est l’heure du bilan! | naturellement-trail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s