La Ronde de Crussol: un peu comme à la maison

crussol

En m’inscrivant au dernier moment (vendredi) je n’étais pas très sûr de ma forme. Un début de semaine avec un gros coup de fatigue à cause d’insomnies depuis 2 ou 3 semaines. La récup se fait difficilement. J’ai beau tout essayé rien n’y fait. Aubépine, huile essentielle de lavande fine, tisane camomille et tous les trucs de marabouts…

C’est donc en famille que nous mettons le cap sur l’Ardèche le samedi après-midi, la course ayant lieu le dimanche, pour la Ronde de Crussol et ses 48km/2200m+. Le parcours ayant été rallongé d’un poil quelques jours avant. Nous rejoignons la maison familiale afin de passer le week-end chez mes parents, au pied du Château de Crussol. Ca tombe plutôt bien.

DSC_0046

Après un réveil à 5h40, un petit déj au lance pierre et une préparation des affaires et du ravito aux petits oignons, nous regagnons avec Timéo et mon père le lieu de départ à Saint Péray.

Un petit échauffement et il est temps de regagner la ligne de départ. La course se fera aux sensations aujourd’hui à cause de ma ceinture de cardio qui ne se connectera pas au cardio… Génial !

7h15 : Nous partons à l’assaut du massif de Crussol. Pour se faire nous prenons la petite passerelle pour enjamber le Mialan. Puis nous entrons dans le vif du sujet.

L’ascension jusqu’au Château de Crussol se fait tranquillement. Ça tombe bien le but aujourd’hui est de faire un début de course « tranquille » et de faire une grosse fin de course si possible.

Je suis avec le groupe de tête jusqu’au parking de la vierge.

IMG_1991

De là un homme se détache petit à petit. Je ne m’affole pas et reste sur mon tableau de marche. Un duo est à environ une dizaine de secondes de moi et un autre coureur est intercalé.

Dans la descente menant au val d’Enfer, sur un passage dans les rochers, je fais une lourde chute qui va me calmer pendant un petit moment. C’est un roulé/boulé dans la caillasse et sur une dizaine de mètres. La paume des mains a raclée un poil ainsi que le genou et la hanche droite mais ce qui me pose le plus de souci et ma main gauche et mon pied gauche qui a heurté les rochers. Ce n’est pas comme si je ne connaissais pas les lieux. Je viens ici depuis que je suis gamin. A à peine 3km de la maison… Le seul rocher que je ne devais pas connaitre je suppose. Je soupçonne les organisateurs de l’avoir rajouté pendant la nuit…

Je me relève, fais un rapide état des lieux de la catastrophe et reprends ma route, ou plutôt le sentier.

Je regagne donc le Val d’Enfer après avoir croisé la route de Laurent venu nous encourager tout au long du parcours et faire des photos.

FB_IMG_1442749937789

Après une petite boucle en contre-bas du val d’Enfer c’est une partie plus roulante qui se présente devant nous. J’aperçois les hommes de tête. Venant de rattraper un coureur sur cette partie je suis maintenant 5ème.

FB_IMG_1442749918933

Nous ne sommes pas loin de Toulaud et coupons la route proche du Restaurant du Camp Romain. Mais mon pied est douloureux et je dois même m’arrêter afin de revoir un peu le laçage de ma chaussure gauche.

Je passe devant mon père, Timéo et mon oncle Claude venus nous encourager. J’en profite pour me délester de mon coupe-vent maintenant que la température est remontée un peu.

IMG_1992

Les pieds par contre vont vites être mouillés en passant le Mialan juste avant de regagner Contèze.

Après cette petite partie roulante nous prenons sur la droite à Chambaud. Le sentier commence à monter et c’est sur un petit trot que je longe le ruisseau de Jergne. Ici le chemin n’est pas large et parfois technique. Je reviens sur le 4eme sur une partie un peu plus raide et il ne cherchera pas à m’accompagner.

Pour le moment tout va bien, les jambes ne demandent qu’à dérouler mais mon pied me pousse à la retenu. Ma main me fait mal et prend même des crampes au niveau de la paume où l’impact s’est fait.

C’est après 1h25’ de course environ que j’arrive au ravito après 15km/825m+. Alors que certains auront le droit à un tout autre type de ravito, je prends un bidon plein et quelques victuailles.

IMG_1993

IMG_1994

FB_IMG_1442749901422

J’entame une descente assez technique avec pas mal de dévers. Du coup mon pied me relance de temps en temps. Par endroit le balisage étant un peu limite je fais une première petite erreur de parcours mais sans grosse conséquence.

Je passe à Ladreyt à la 4eme position et en un peu plus de 2h, après avoir déjà avalé 21km/1160m+. A ce moment mon pied se fait oublié, ou du moins j’ai accepté la douleur. Elle est devenue mon amie en quelque sorte. Moi qui étais seul… Les jambes et les sensations sont bonnes et on m’annonce à environ 4’ de la tête de course.

S’ensuit une belle descente roulante où le plaisir est là. Je relance bien jusqu’à une nouvelle erreur de parcours. Ce qui est bien maintenant avec les montres GPS c’est que l’on peut voir exactement le temps que l’on perd sur ce genre de connerie. 2’47’’ pour cette fois…

FB_IMG_1442749891257

Je repars donc un poil énervé mais ne m’excite pas pour autant. La fin de cette descente est un peu plus technique.

Une nouvelle fois je franchis le Mialan les pieds dans l’eau avant de retrouver la route pendant quelques centaines de mètres.

Je suis au pied d’un nouveau petit coup de cul de 220m+ qui se fera sur un petit trot. De là une petite descente m’attend avant de retrouver un nouveau ravito. Je croise le chemin de Laurent qui m’annonce à 5’ de la tête de course et à 30’’ du 3ème.

FB_IMG_1442749872422

9h53 : C’est après 2h53’ de course que j’arrive à Biguet où se trouve mon équipe de choc ainsi que ma mère, Gaëlle et Léa venu nous rejoindre pour le ravito.

IMG_1996

Je prends le temps de recharger les « batteries » et repars sous leurs encouragements et avec le 3ème après 30km et 1475m+.

Mais en sortant du ravito une nouvelle bosse nous attend avec 220m+ et je comprends que je vais à nouveau faire la course tout seul. Je suis alors 3ème à 5’ de la tête de course. Les jambes sont toujours bonnes et je me dis que tout est jouable encore si je respect mon plan de course en accélérant l’allure. Mais sur la fin de la bosse je suis obligé de m’arrêter pour m’étirer car je suis pris de crampes là où mon genou a gouté au minéral lors de ma chute. J’essaye de repartir mais à nouveau je suis raide comme une trique…

Une fois étiré je m’élance une nouvelle fois sur le tracé.

La descente jusqu’à Tourtousse dans la caillasse est rapide et je profite de temps en temps de la vue sur la vallée du Rhône et Crussol.

Arrivée en bas, nous prenons le petit sentier sur la gauche qui monte en direction de la Côte du Pin. Je traverse les vignes en recevant les encouragements de certains spectateurs venus pour l’occasion.

IMG_1995

Je traverse la route de la Côte du Pin pour rejoindre la dernière partie de ce trail Ardéchois.

De là c’est une longue partie en faux plat montant vent dans la truffe qui m’attend. A ce moment je me dis que j’aurai préféré être avec un autre coureur histoire de pouvoir se relayer.

10h36 : J’arrive à Gachet pour le dernier ravito. Je viens de couvrir 36,5km/1885m+ en 3h36’.

Timéo est là avec ce qu’il faut pour m’encourager. Je refais le plein pour cette dernière partie de parcours.

DSC_0049

Cette fin d’ascension n’est pas raide et il faut donc constamment courir et relancé. Du coup par moment je sens que les crampes ne sont pas très loin. Je longe le petit ruisseau le Hongrie, traverse une petite clairière et arrive donc à la vieille route du tram.

Le mistral souffle et je me le prends en pleine courge.

La première partie de cette descente se fait sur la route. Mais rapidement un petit sentier se présente. Un petit single fort sympathique et très étroit. Je tombe d’ailleurs nez à nez avec Timéo qui montait pour venir me rejoindre. On entame alors la descente jusqu’à la route de St Romain de Lerps ensemble.

FB_IMG_1442749861117

La famille est là et je traverse la route pour de nouveau me retrouver seul avec dame nature. Mais lors d’une petite relance je sens de nouveau arriver une crampe, toujours au même endroit. Je prends donc le temps de m’étirer et m’alimente en même temps avant de repartir.

IMG_1997

S’ensuit une courte descente faite sur les chapeaux de roues avant de retrouver le dernier petit talus de même pas 100m+. Mais où, pour une énième fois, je vais être obligé de m’étirer.

Je retrouve la fin du GR42 sur lequel je vais glisser jusqu’à Saint Péray, lieu d’arrivée.

FB_IMG_1442749851586

J’aperçois le gymnase au loin et les coureurs des plus petits parcours sont là pour nous encourager.

IMG_1998

A quelques mètres de l’arrivée j’aperçois Timéo qui vient à ma rencontre et je prends le temps de récupérer Léa pour le finish en famille. Mais Timéo disparaîtra des écrans croyant que c’était interdit. Vexé le type, voyant sa sœur dans mes bras…

Bref, après 4h37’21’’ je passe la ligne d’arrivée pour la première fois avec ma fille après 48km et 2200m+ et donc à la 3ème place.

FB_IMG_1442749833292

Et qui m’accueillera sur la ligne ? Philippe Dumont, organisateur des Drayes du Vercors, qui est vraiment de partout. Après être tombé dessus par hasard en bas du Tourmalet cet été, le voici en voisin en Ardèche.

Après être passé par la case infirmerie pour désinfecter les petits bobos et pour avoir l’avis d’un kiné, viendra le tour du traditionnel podium. Mon premier sous les couleurs de Terre de Running.

IMG_2004

Une course à la maison donc. Sur mes premiers sentiers et autour d’un des monuments du bassin valentinois : Crussol.

Depuis le temps que je voulais faire cette course voilà que la chose est faite.

Une course avec un parcours très varié. Des montées parfois raides mais jamais très longue. Et oui, nous ne sommes pas en montagne. Des sentiers où la rocaille est souvent présente ainsi que la caillasse. Des petits singles étroits en bordures de rivières et dans la garrigue. Des parties beaucoup plus roulantes où il faut savoir courir vite. Et des descentes parfois techniques.

Tout y était pour coller, je pense, au plus près du prochain rendez-vous.

En ce qui me concerne je pense avoir fait une bonne gestion de mon effort en partant calmement et le tout sans cardio, moi qui aime bien me fier à ce dernier. Je comptais faire un dernier tiers de course plus costaud mais la chute en début de parcours a laissée des traces. Ce sont les aléas de la course. Je n’ai pas eu de coup de mou. Je compte donc garder la même ligne de conduite pour la suite des événements concernant l’alimentation. J’ai pu également faire ma course en restant décontracté sur une allure qui devrait être proche de celle que j’adopterai pour l’Endurance Trail.

J’étais venu pour faire un bon entraînement et c’est chose faite. Avec la petite rallonge pour rentrer à la maison en footing ca m’aura permis d’engranger les kilomètres et d’essayer les Hoka One One Clifton2 après avoir déchaussé les Hoka One One Speedgoat (un petit retour d’expérience est prévu ici même d’ici peu). Par contre n’ayant pas mes données cardio impossible d’étudier tout ça correctement à froid…

Le point noir de ce trail sera cette chute qui aura laissée des traces. Une petite entorse à l’auriculaire gauche mais qui ne me gêne pas en étant immobilisé. De petites plaies qui devraient vite guérir et qui ne m’empêcheront pas de courir. De petites contractures sur les côtes du côté droit qui devraient également vite disparaitre je pense. Le plus gênant et le plus moche est mon pied gauche qui a pris un vilain coup sur un rocher au niveau du naviculaire et cunéiforme médial. A voir dans les prochains jours mais j’espère pouvoir rapidement reprendre la direction des sentiers et profiter encore un peu de la montagne avant que la neige refasse son apparition. Mais surtout pouvoir reprendre sans bobo jusqu’à mon prochain rendez-vous.

DSC_0050

Réponse d’ici peu…

Publicités

5 réactions sur “La Ronde de Crussol: un peu comme à la maison

  1. Comme d’hab superbe récit de ta course , et sans la chute !!!!! mais bon bravo , je te souhaite une guérison rapide de tes bobos , et puis , de t’endormir dans les bras de Morphée , d’un bon sommeil toujours réparateur !!!!! et pour Timéo le prochain final .

  2. Super cool ton blog ! Je suis nouveau dans le monde du trail et j’ai créer un blog j’aimerai bien avoir un avis sur le blog trailcotentin.unblog.fr
    Bon runnig !

  3. Pingback: On tourne la page sur 2015! | naturellement-trail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s