Un beau et gros week-end en Haute-Maurienne

11902262_903523583075750_3122903383040122912_n

 

A l’approche de la CCC j’avais décidé de faire un gros bloc d’entraînement.

J’avais choisis de participer au « trail rouge » de l’EDF Cenis Trail et ses 45km/2500m+, le tout avec une grosse semaine de training dans les jambes et en finissant avec un beau bouquet final. Une sortie longue le lendemain de la course.

Du coup, samedi après-midi, je rejoins le col du Mont Cenis pour faire une nouvelle sortie, la veille du trail.

Au programme une petite sortie en rejoignant la Pointe de la Turra sur un bon rythme et une descente assez rapide avant de traverser la route et monter juste en face. Dré dans l’pentu. Le tout avec l’aide des mains. Au sommet les jambes brûlent mais le paysage méritait le détour. Pour la descente je prends le même chemin ou presque. Et cette fois la casse de fibres m’aura bien raidi les cuissots.

DSC_0473

DSC_0478

19h, fin de sortie. Je regagne ma chambre pour le week-end. Une chambre avec vue sur le lac du Mont Cenis, à 2100m d’altitude. La nuit va être fraîche.

DSC_0489

 

DSC_0493

 

Le lendemain matin, le réveil sonne et c’est avec les jambes un peu raides et les traits tirés que je sors du coffre de la voiture pour prendre mon petit déj.

Puis je descends sur Lanslebourg où sera jugé le départ.

Avant le départ je retrouve l’ami Yann Nourry du Team Trace de Trail venu pour préparer l’UTMB et Cédric Gazulla venu ici pour en découdre.

 

wp-1471105602563.jpg

 

wp-1471105581396.jpg

 

L’ambiance est à la fête sur la ligne de départ.

8h00: le départ est donné. Et d’entrée je sens que les jambes sont un peu lourdes.

Contrairement à l’Aravis Trail où les jambes étaient bonnes mais où le coeur avait du mal à monter dans les tours, ici le coeur monte bien (voir un peu trop…) et les jambes sont dures.

C’est pas grave. On verra après.

Le début du parcours est assez roulant et nous prenons beaucoup de parties bitumées jusqu’à Lanslevillard.

De là une longue ascension s’offre à nous. Elle nous mènera jusqu’au col du Mont Cenis dans un premier temps.

Au pied de cette ascension nous sommes à 1400m d’altitude. Du coup elle se fait en sous bois. Les pourcentages varient et les jambes ont toujours un peu de mal.

De temps à autre j’aperçois Yann qui est à environ 2′ devant. La tête de course avec Cédric est un peu plus loin. Je suis 10ème à ce moment de la course avec accroché dans mon dos un autre coureur.

Les sensations ne sont pas à la fête. J’ai l’impression qu’à un moment où un autre je vais  complètement craqué. Mais je décide de continuer à cette allure.

Après avoir emprunté le ravin de Resec et celui de Sallanches, nous voici au passage du Single où nous passerons à l’aide des câbles installés.

A partir de ce moment l’ombre sera quasi inexistante. Du fait de l’altitude les arbres ont disparus.

 

DSC_0494

 

Et le fait de retrouver un peu de soleil ne me déplaît pas. Je n’ai pas froid mais presque.

Nous arrivons au col du Mont Cenis et nous discutons avec le coureur resté avec moi. Il revient d’un périple au Pérou. Du coup il a fait le plein de globules rouges.

Au passage du col et après avoir refait le plein nous nous élançons à l’assaut de la Pointe de la Turra. Et nous avons presque fait la jonction avec Yann et son groupe.

A l’avant il sont 2. Yann et son groupe sont 3. Un ou deux coureurs sont intercalés et nous sommes 2. Je passe 9ème.

Mais dès le début de cette partie j’ai comme un coup de moins bien. Des sensations abdominales pas terribles. Au fur et à mesure s’installe comme une envie de vomir. Puis une grosse chute de régime à mi-ascension.

Je laisse partir et essaye tout de même de m’alimenter.

La fin de la Pointe de la Turra se fait également avec des câbles sur une paroi presque verticale. Je n’ai pas de jus.

Au sommet j’ai dû mal à relancer. Nous sommes à un peu plus de 2400m d’altitude et la vue est splendide. Et ce n’est pas finie. Nous quittons le fort de la Turra.

 

DSC_0496

 

Je m’élance pour la fin de cette ascension jusqu’au Pas de la Breccia. Le parcours est roulants, il faut relancer, mais je n’y arrive pas. Je me fait mal aux cannes et au moral. Le plaisir n’y est pas sauf celui des yeux. C’est déjà ça.

Arrivée au Pas de la Breccia, à 2717 m d’altitude je prends le temps d’immortaliser le moment. Je ne suis pas à ça prêt.

 

DSC_0498.JPG

 

Le début de la descente est raide est ponctuée de virages en lacets au milieu des cailloux.

Puis je mets le cap sur le refuge du Petit Mont Cenis où le ravito est situé.

Je refais à nouveau le plein. Je suis 7ème.

Nous sommes sur la 2ème partie de parcours et nous rattrapons les coureurs du 30km. A la sortie du ravito je suis accompagné de l’un d’eux. Nous entamons la conversation en prenant la direction du dernier sommet. J’ai toujours du mal à trouver une bonne allure. Le ventre va mieux. C’est déjà ça.

Sur un virage à gauche je fais une erreur. Je loupe un balisage avec mon compagnon. Mais je ne suis pas le seul. Après quelques minutes et ne voyant plus de balisage c’est mon compagnon qui m’alerte. Nous faisons demi tour et retrouvons le bon chemin.

Je n’arrive toujours pas à trouver une bonne allure et je subis. Je lutte.

De là, une longue descente roulante nous est proposée au menu. Je reviens sur un coureur mais un autre me passe également. Je fais ma course.

Je reviens également sur le 2ème de la course bivouac. On papote vite fait et en me laissant glisser je me rends compte que je suis seul.

Au fur et à mesure que la descente avance, je reviens sur le coureur m’ayant doublé au début de la descente.

Mais je laisse couler. J’ai décroché mentalement.

Je fais la jonction juste avant le dernier ravito. A environ 7km de l’arrivée. Je fais le plein d’eau avant de repartir. On nous annonce 5 et 6ème.

Je relance sur le plat et me retourne pour voir mon acolyte. Il est à environ une quinzaine de seconde. Je décide d’attendre et faire la fin de course ensemble. Mais il ne revient pas sur ce faux plat montant.

Du coup dès que la pente de la descente se fait raide je décide de me laisser glisser. Et je me prends au jeu à descendre tambours battant. Les sentiers sont en single et doubler les coureurs des autres parcours rajoute un peu de piment. Les pentes sont parfois raides et techniques. Un bon entraînement et une nouvelle casse de fibres…

J’aperçois en contre bas Lanslebourg et j’entends la sono.

Une fois passé le dernier pont et être entré dans Lanslebourg je calme mon rythme.

Je passe la ligne  en 4h56’19 » et finalement on m’annonce 6ème. Qu’importe ! 5 ou 6ème, ça ne me changera pas la vie.

Une fois la ligne passée, le moral en prend un coup. Je n’ai pas pesé sur la course et j’arrive loin de Cédric vainqueur du jour. Yann lui est 3ème.

Mais surtout j’ai subi quasiment toute la course.

Puis à froid je me suis rassuré en me remémorant les entraînements précédents. Je ne dois pas oublier que je suis venu ici pour parfaire une prépa spécifique. Prépa qui n’aura pas été évidente dans son dernier mois, avec notamment un déménagement un peu précipité et des vacances écourtées pour cause familiale.

Bref, je finis la journée avec les jambes dans la fontaine du village afin de commencer la récup car le lendemain est prévu une sortie longue.

Puis direction « ma chambre », comme hier avec en prime une petite mousse. Il est où le bonheur? Ben il est là!

 

DSC_0502

 

Le dimanche matin le réveil n’est pas plus compliqué que la veille bizarrement.

Le soleil pointe ses premiers rayons sur le lac du Mont Cenis.

Il est donc temps de regagner Lanslebourg pour le départ de ma sortie. De toute façon je repasserai par là, plus tard dans la journée.

De Lanslebourg je pars en remontant la fin de parcours du trail. Direction la Pointe de la Turra et Breccia. Le temps est magnifique et même si les jambes sont un peu dures au démarrage je sens que je vais passé une bonne journée.

 

DSC_0504

 

DSC_0508

 

Après avoir passé le fort de la Turra et être passé par la Breccia, la descente me mènera jusqu’au barrage du lac du Mont Cenis en faisant le tour par le fort de Variselle.

 

DSC_0509

 

DSC_0510

 

DSC_0511

 

DSC_0512

 

DSC_0513

 

DSC_0514

 

DSC_0519

 

DSC_0521

 

DSC_0522

 

Et histoire de pouvoir profiter une dernière fois de la vue somptueuse sur le lac du Mont Cenis, je reprends un peu d’altitude en direction du fort de Ronce par le sentier des 2000.

 

DSC_0533

 

DSC_0536

 

Puis je finirai cette boucle en regagnant le col du Mont Cenis avant de redescendre par la descente de la Ramasse et sa piste de VTT.

Dans les derniers kilomètres je peux profiter d’une dernière vue sur Lanslebourg.

 

DSC_0537

 

Une journée qui même avec la fatigue était placée sous le signe du plaisir.

Une belle semaine d’entraînement et une prépa qui touche à sa fin.

Quelques jours de repos histoire de récupérer un peu et on y sera presque.

Publicités

8 réactions sur “Un beau et gros week-end en Haute-Maurienne

  1. Bonne prépa avant la CCC…. et ne pas oublier de recharger les batteries avant l’objectif costaud de fin d’été…
    Avec l’expérience, l’entrainement et le niveau de course => ca va cartonner… sans oublier de prendre son pied, et même les 2 !! 😉

  2. Belle course et grosse prépa, chapeau ! Excellente l’idée de la « voiture-hotel » je mets ça sous le coude… :-);-)
    Maintenant du repos, de la bonne bouffe pour préparer le ventre et tu vas être au top 😉
    Fais-toi plaisir Alex, lâche tout et gère comme tu sais le faire!
    Bonne fin de prépa et bonne course !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s